« L’amour pour des sourds » De Hamdi Kebdi.

J’ai commencé à fréquenter ce bar bien que mes moyens ne me le permettaient pas. mais pour croiser A.D , S.N et L.L c’était le lieu.
Et je voulais à tout prix faire partie du milieu.
Sabrina avait 48 ans, c’était ce qu’elle déclarait depuis déjà 3 ans, je suppose qu’elle en a 52 ou 53, elle était gênée à chaque fois que le sujet de l’âge traînait dans une discussion, et tenait à le faire savoir « ah mais toute façon, on a l’âge qu’on se donne.. » ou encore « oui mais combien a-t-on vécu de ces années ? »…
C’était une vedette de la variété dans les années 80.
Si elle était jolie ? Oui mais ce n’était plus de la beauté, c’était des « traces » de beauté. Je me demande pourquoi on dit « on a retrouvé des traces d’eau » en parlant de Mars, ceci voudrait dire qu’il y a une flaque d’eau? Une rivière? Ou juste une molécule d’hydrogène qui erre à la recherche de son oxygène
Dans tous les cas, je pense que sa beauté était un peu pareille à l’eau sur Mars, on devinait bien son beau visage mais à l’avoir croisée dans les coulisses, parfois même le matin, je sais que les rides ont eu raison de son éclat
Cependant, elle gardait l’allure, l’élégance et peut être la grâce, je ne suis pas sûr parce que je ne sais pas ce que ça veut dire exactement. « Gracieuse », c’est pour dire moche qui a bon gout? Ou provocatrice qui fait semblant de marcher sur les pointes des pieds et doucement parce que marcher tout court lui semble grossier?

 

Quoi qu’il en soit, elle avait de l’allure, et n’avait pas pris de kilos là où il ne fallait pas, c’est à dire pas trop loin de la zone du cul et la partie du dos juste en dessous des seins, ce qui fait qu’elle rentrait encore dans les robes qu’elle mettait il y a 30 ans.
Et c’est au hasard des jours, même si je le forçais, que je la croisais dans les coulisses du bar restaurant ou café-théâtre. J’écrivais encore pour un mec qui n’avait pas de talent, et qui avait besoin de mes textes pour jouer des sketchs que son père, contrairement au mien, trouvait drôle et continuait donc à le supporter financièrement.
Comme toutes les divas déchues, elle pensait que faire du rentre-dedans lui donnait plus de prestance ou que l’ascendant qu’elle pouvait avoir jadis naturellement ne pouvait, aujourd’hui, l’avoir, qu’en posant des questions directes dont le ton ne peut pas toujours être au gout de tout le monde.
– tu t’appelles comment?
– Hamdi
– Hamdi…ce n’est pas très français tout ça
– Non
– Andy dis moi oui..oho ouha Andy…(elle a commencé à chanter Andy des Rita Mitsoukou
On me l’avait déjà faite mais j’ai fait comme si je découvrais sa bonne trouvaille.
– Oui..C’est un peu ça
– Et tu fais quoi Andy
– J’écris pour A.S
– A.S? Ah mon pauvre, du coup je ne sais plus qui de vous deux n’a pas de talent, il joue comme une ombre chinoise et on voit les chutes avant même qu’il bouge.
– Il change à sa guise les textes
Elle s’assoit en face de moi, sur des enceintes qui traînaient par là. Tout dans un théâtre, suggère l’amour, les formes des projecteurs…les kilomètres de fils électriques…les consoles, les engins, les machines…tout se met dans un désordre voulu et propice au sentiment amoureux.
– Tu veux m’écrire une chanson?
– Moi?
– Tu vois quelqu’un d’autre ici?
– Oui je veux bien mais…
– Mais quoi? Écris-moi une chanson, je te le demande
– C’est à dire une chanson marrante?
– Non, une vraie chanson

 

Je n’en revenais pas, on passait encore son tube à la radio de temps en temps, et elle vient me demander à moi, de lui écrire une chanson. J’ai passé la nuit à grignoter sur un papier l’histoire d’une femme qui n’a plus d’âge, que celui des regrets.
Le lendemain j’arrive avec une feuille toute froissée, j’avais un couplet.
« Depuis le temps qu’il me compose des poèmes élégants
Les chante nue devant sa glace le matin en s’aimant
Le soir au piano et moi sur scène à danser bien maquillée
Jamais je n’aurai pensé finir dans un café démodé »
J’ai fredonné les mots sur un air d’une chanson d’Anne Sylvestre et de Bobby lapointe, une très belle chanson « depuis l’temps que j’attends mon prince charmant »
Je ne savais pas ce que ça valait, les cons comme moi qui n’abusent jamais de délicatesse ni d’intelligence, arrivant ainsi à émouvoir d’autres cons avec très peu.
J’avais ce don, faire des raccourcis pour obtenir une idée « fixe » d’une chose. Je savais que la construction d’une idée se faisait sur un ensemble de détails et d’arguments, mais je n’avais pas le temps, je prenais donc ce que j’ai appelé « les raccourcis pratiques » dans ma construction de ce quatrain. Je n’avais rien fait d’exceptionnel à part supposer qu’elle a connu un grand compositeur étant jeune avec qui elle aurait eu une relation. C’est très minimaliste, presque évident, mais ça marche à chaque fois !
Une chanteuse de 50 ans a, dans les 99 % des cas, connu un compositeur, de même qu’une actrice un réalisateur, un professeur une étudiante…élargir cet exemple à tout domaine est un exercice dangereux, mais les cons n’ont pas conscience du danger, ni de l’échec d’ailleurs c’est pour ça qu’ils réussissent !
J’ai vu sur son visage la portée de mes lignes, j’ai très bien vu cette grimace nerveuse au niveau de la lèvre inférieure accentuée par une ride bien prononcée et un éclairage théâtral qui ne laisse rien échapper du tissu épithélial facial , et pour faire semblant comme les grandes dames savent si bien le faire, elle a camouflé ça de la plus belle des manières : intéressée.
– le soir au piano et moi?
– sur scène à danser bien maquillée.
– intéressant ! Tu le finis ce soir ?
– si vous voulez…
– vous ? hahahaha tu peux m’appeler Maude
– Ah , Sabrina c’est pas votre..
– non…c’est Maude pour les amis.
Elle l’a dit avec une sérénité qui a fait bondir mon égo de 3 grades au moins sur l’échelle de la vanité. Je suis l’ami de Sabrina , elle vient de le dire. Ce soir là, j’ai demandé à A.S de me libérer de ma tâche d’écriture de sketchs. C’était un gentil garçon , il est manager dans un bureau d’études aujourd’hui , il m’envoie des photos de ses enfants de temps en temps avec des messages stupides
« Elle a dit ‘dehhbfffee ‘ en voyant le feu de la cheminée »
Il avait déjà l’air bête, là je crois que ce n’est plus que l’air.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here