« Aimer les idées…surtout les siennes » De Hamdi Kebdi.

Aimer les idées,
Je me suis rendu compte que je n’aimais pas les choses en tant que telles, mais les images que je me faisais des choses.
  • Les voyages?
J’ai toujours cru que j’aimais les voyages, que j’aimais explorer de nouveaux pays mais ce n’est pas vrai! J’aime l’idée que je me fais des voyages et des voyageurs.
Une fois sur place, je fais la même chose… La tournée des bars pour identifier celui qui me correspond, celui dans lequel je me sens le mieux et de préférence le plus proche de là où je dors….
Le pays en lui-même je le visite sur youtube à travers des documentaires…je préfère rester dans la chambre d’hôtel…je ne suis pas descendu du bus pour aller dans les pyramides la première fois. J’étais avec une bouteille de whisky sous 40 degrés à boire..Ça me suffisait de me savoir en Egypte.
Photo by Raj Eiamworakul on Unsplash
  • La lecture ? 
J’aime l’idée de lire, mais je n’aime pas lire en vrai, la preuve je ne retiens rien, j’ai lu toute la philosophie accessible, je ne retiens rien, incapable de formuler une idée à travers les lectures, j’aimais me savoir lecteur de philo sans jamais adapter ceci dans la vie de tous les jours…quand on est avare maladivement.
On devrait se remettre en question après le père Goriot…mais sur le plan pathologique si on est affecté par l’avarice, on se donne des raisons « malines » pour dépasser ceci..Balzac ne comprend pas vraiment.
El Jaheth caricaturise dans son fameux « El boukhala »…le mécanisme est le même pour moi concernant les idées…Marx n’a pas saisi ma jouissance de gagner plus pour avoir une plus grande télé, une plus grande voiture…je n’aime pas les voitures…j’aime l’idée d’en avoir une qui soit « tapante »…mais j’aime ces idées.
Ça me convient, ça correspond à l’idée que je me fais de moi-même…sensible aux misères « des autres”, je ne crois pas aimer « les autres”. J’aime l’idée d’aimer son prochain…mais pas pour de vrai.
Photo by kevin laminto on Unsplash
  • Consumériste ?
J’aime les meubles, les lustres et les coiffeuses, j’aimerai en acheter et limite les garder chez le vendeur, revenir de temps en temps pour y jouir :Je peux les acheter et vous les gardiez pour moi chez vous s’il vous plait ? une fois chez moi, j’aime plus.
Pareil pour la photo, les films, le foot et la cuisine…j’aime l’idée d’y persévérer, d’apprendre, une fois dedans, je préfère être à une distance respectable avec, « bil9dar » comme on dit. Moi c’est moi et vous, vous n’êtes que des hobbies que j’alimente au gré de mes caprices du moment…et les moments c’est du temps et le temps c’est tout de même un peu notre vie.
Photo by Randy Colas on Unsplash
  • Révolutionnaire?
J’aime l’idée de soutenir les syndicats…et la cause palestinienne, je me fais un capital intellectuel qui me permet d’argumenter dessus. En vrai? Je m’en fous complètement! Mais absolument rien à foutre…si j’avais le bouton pour arrêter la colonisation je le ferai, mais ça demande plus que des idées.
Photo by Michael Aleo on Unsplash
J’aime l’idée de vivre loin de tout, tu me prends un quart d’heure à la compagne j’étouffe, j’adore l’idée d’avoir une péniche et d’y passer un temps paisible à lire avec pleins de chiens autour, dedans? J’ai le mal de mer alors que ça ne bouge pas, et l’odeur des chiens m’insupporte…et les livres? Si n’y avait pas les filles, je ne lirai pas un mot!
J’aime l’idée d’aimer les filles, je les aime pas, si j’avais des seins, je leur adresserai même pas la parole, elles changent d’avis tout le temps et ça demande du « respect » et de « l’amour », va leur expliquer que tu aimes bien l’idée du respect et de l’amour mais que tu ne sais pas comment les générer…les produire.
J’aime l’idée des gâteaux, j’en achète tout le temps, je les expose comme dans la vitrine qui m’a donné envie, et puis..rien…Je ne les mange pas, j’ai peur d’être déçu du goût, un peu trop sucré, une fraise pas fraîche, une crème moins onctueuse que dans l’idée que je me suis faite de cette crème.
Photo by Andy Beales on Unsplash
  • Patriote?
J’aime l’idée de courir le matin, je l’ai fait une fois en trente ans de vie commune avec moi-même, j’aime l’idée d’aimer son pays, je trouve ça magnifique, concrètement?
Je ne fais rien pour l’aimer, je trouve le drapeau trop turc, ses chauffeurs de taxis horribles et ses paysans naïfs. Pourtant, j’aurai pu faire l’effort pour cette idée, mais ceux que je consulte pour apprendre à l’aimer me déçoivent, ils veulent que j’aime le pays selon l’idée qu’ils se sont faite eux! Alors que je préfère la mienne.
Photo by Francisco Ghisletti on Unsplash
  • Croyant?
J’aime l’idée de dieu, même les saints parfois et la science aussi,surtout quand dieu ne peut rien face au cancer. J’aime la radiothérapie et la chimio, ce ne sont pas que des idées, ce sont des machines, ça clignote contrairement aux idées.
J’aime plus que tout l’idée d’aimer, tous les poèmes autour c’est incroyable, et les romans…tous ses amoureux se font-ils une idée de l’amour? Le vivent-ils vraiment? Mais c’est extraordinaire quand même d’aimer et de pouvoir lui foutre la bite dans la bouche non? J’aime l’idée du sexe…mais c’est pénible…parfois ça dure trop longtemps parfois pas assez, et il faut prendre une douche après ou se rincer, je n’aime pas prendre une douche après l’amour, je suis fatigué et y a jamais de mouchoirs à côté.
Photo by Aaron Burden on Unsplash
J’aime aussi l’idée de mourir pour des idées, et ça tombe bien j’en ai plusieurs, hier par exemple, j’ai eu l’idée de ne jamais arrêter d’en avoir. C’est ce qui me sépare de la mort justement…j’ai décidé donc, d’aimer mes idées.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here